Archives pour la catégorie O.N.U

Sahara marocain-ONU : Le bluff du polisario dévoilé devant la 4è Commission

Politique

Sahara marocain-ONU : Le bluff du polisario dévoilé devant la 4è Commission

le 6 octobre 2017

Des notables sahraouis ont mis à nu, jeudi devant la 4è Commission de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, les mensonges du polisario sur l’exploitation des ressources naturelles du Sahara, soulignant que le Royaume a investi bien plus dans ce territoire qu’il n’en a reçu.

Intervenant dans ce cadre, Sidi Ahmed Hormatollah, président de l’Association pour le développement d’Oued Eddahab, a relevé que le polisario et ses protecteurs passent leur temps à vouloir convaincre les autres que « le Maroc pille les richesses du Sahara ».

« En tant que citoyen sahraoui vivant au cœur de la ville de Dakhla, je voudrais témoigner devant votre honorable Assemblée et attirer votre attention sur l’ampleur des mensonges colportés partout sur ce sujet », a-t-il dit.

M. Hormatollah a ainsi fait remarquer que le phosphate du Sahara représente à peine 2% de la production marocaine, soulignant que les colporteurs des mensonges du polisario oublient que le Maroc dispose de 80 pc des réserves mondiales de ce minerai, Sahara non compris.

Avant même la récupération du Sahara, le Maroc a toujours été troisième producteur et premier exportateur mondial de cette matière, a-t-il rappelé.

M. Hormatollah a également mis en avant les efforts du Maroc visant le développement de la région, notamment le grand projet du Nouveau Modèle de développement des provinces sahariennes, lancé en novembre 2015 par SM le Roi Mohammed VI, avec une enveloppe budgétaire de près de 7 milliards de dollars.

Ce projet titanesque, a-t-il expliqué, englobe tous les secteurs de développement, économique, social, culturel et environnemental. L’objectif étant de doubler le produit intérieur brut et créer plus de 120.000 emplois dans cette région à l’horizon 2020.
LNT avec Map

 

https://lnt.ma/sahara-marocain-onu-bluff-polisario-devoile-devant-4e-commission/

Publicités

A l’ONU, Trump attaque la Corée du Nord, l’Iran et le Venezuela

A l’ONU, Trump attaque la Corée du Nord, l’Iran et le Venezuela

Nicolas Rauline Le 19/09 à 17:16
Devant l’Assemblée générale l’ONU, Donald Trump menacé « détruire complètement » Corée Nord régime Kim Jong-un continuait mettre danger voisins alliés. AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY
Devant l’Assemblée générale de l’ONU, Donald Trump a menacé de « détruire complètement » la Corée du Nord si le régime de Kim Jong-un continuait de mettre en danger ses voisins et leurs alliés. AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY – AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY

Dans son premier discours à l’ONU, le président américain a menacé de « détruire complètement la Corée du Nord ». Il a aussi appelé la communauté internationale à plus de fermeté envers l’Iran et le Venezuela.

Pour son premier discours à l’ONU, Donald Trump a  de nouveau haussé le ton face à la Corée du Nord , l’Iran et le Venezuela. Le président américain, accueilli à son arrivée au siège des Nations unies à New York par quelques manifestants alors que le quartier était pourtant bouclé, a mis en garde les régimes de ces pays, à des degrés différents.

Il a ainsi menacé de « détruire complètement » la Corée du Nord si le régime de Kim Jong-un continuait ses provocations. Celui-ci serait constitué d’une « bande de criminels », qui « affame son peuple, emprisonne et tue les opposants. » Et Kim Jong-un, de  nouveau surnommé « Rocket man » (l’homme fusée, un terme ajouté par Trump lui-même à la dernière minute…), serait engagé « dans une mission suicide ». Le président américain a appelé la communauté internationale à s’engager fermement contre Pyongyang, mais se dit prêt à agir seul. « Si l’Amérique doit se défendre, elle et ses alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire complètement la Corée du Nord », a-t-il répété. D’ailleurs, tout en remerciant la Russie et la Chine d’avoir voté les dernières sanctions à l’ONU, il les a accusées, sans les nommer, de continuer à échanger commercialement avec Pyongyang.

Discussions sur l’accord iranien

Autre cible de Donald Trump : l’Iran. Il a réitéré ses critiques envers l’accord passé sur le nucléaire, « l’un des pires » jamais signés par les Etats-Unis.

Dans un long développement, il a décrit le régime de Téhéran comme un « Etat-voyou », une dictature qui prive son peuple de liberté et exporte le terrorisme dans le monde entier, en particulier dans les pays musulmans. Un moyen de faire monter la pression, alors que les signataires de l’accord sur le nucléaire (le Royaume Uni, la Chine, la Russie, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis) doivent  se rencontrer ce mercredi à New York.

Enfin, le président américain a sévèrement critiqué le régime vénézuélien, un « gouvernement corrompu qui a détruit une nation prospère, défié son propre peuple et mis à terre ses propres institutions. »

Son attitude est, selon lui, « inacceptable » et il s’est donné comme objectif « d’aider les Vénézuéliens à retrouver leur fierté et à restaurer la démocratie. » Trump se dit « prêt à prendre les mesures nécessaires » pour cela et a appelé la communauté internationale à « se préparer pour faire davantage et faire que cette crise cesse. »

« America first »

Le reste du discours a été mis à profit par le président américain pour exposer ce qu’il présente comme sa doctrine. Son « America first » peut, selon lui, s’adapter à la diplomatie internationale. « Je recherche d’abord les intérêts de mon pays et vous devez, vous aussi, toujours rechercher l’intérêt de votre pays, dans le respect des institutions internationales », a-t-il lancé.

Il en a profité également pour  renouveler ses critiques envers le système des Nations unies, appelant à redéfinir les contributions de chacun. « Nous payons plus que quiconque. Si l’ONU atteignait tous les objectifs fixés, en particulier celui de l’instauration de la paix, ce serait un investissement rentable, mais ce n’est pas le cas », a-t-il résumé. Un premier discours qui aura laissé des impressions contrastées: applaudi par une partie de l’assemblée, il a aussi provoqué de longs silences, et même quelques rires quand il a déclaré: «Le problème au Venezuela n’est pas que le socialisme ait été mal mis en oeuvre, mais que le socialisme a été mis en oeuvre de manière dogmatique.  »

Nicolas Rauline
Bureau de New York
@nrauline

DIRECT. A la tribune de l’ONU, Trump menace de « détruire totalement la Corée du Nord » si les Etats-Unis sont « obligés de se défendre »

DIRECT. A la tribune de l’ONU, Trump menace de « détruire totalement la Corée du Nord » si les Etats-Unis sont « obligés de se défendre »

Le président américain développe sa vision du monde sur fond d’anxiété générale sur les dossiers iranien ou nord-coréen.

avatar

Louis SanKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu’il faut savoirDonald Trump montre les muscles. Devant les dirigeants du monde réunis mardi 19 septembre à New York lors de l’Assemblée générale des Nations unies, Donald Trump a vivement critiqué le régime nord-coréen, qui multiplie les essais de missiles. Dans une allusion à Kim Jong-un, il a dénoncé « la mission-suicide de monsieur Missile », et a menacé de « détruire totalement la Corée du Nord » si les Etats-Unis ou un de ses alliés était visé par Pyongyang. Suivez l’Assemblée générale en direct avec franceinfo.

« America first ». A la tribune, le chef d’Etat américain a continué à assurer qu’il ferait « toujours passer l’Amérique d’abord ». Il a également dénoncé l’accord nucléaire avec l’Iran, qualifié de « honte », et la situation au Venezuela.

Discours attendu d’Emmanuel Macron. Pour sa part, le chef de l’Etat français devrait défendre quelques heures plus tard, à midi (18 heures heure de Paris), une approche multilatérale des crises mondiales dans un discours d’une quinzaine de minutes.

Accord de Paris. Lors de leur entretien bilatéral d’une heure dans un hôtel new-yorkais, Emmanuel Macron a une nouvelle fois tenté de convaincre son homologue de revenir sur sa décision de sortir de l’accord de Paris sur le climat. En vain, pour l’instant.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#ONU

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #ONU

16h47 : Un discours qui rappelle à cette journaliste de Libération la thèse de « l’axe du mal » de George W. Bush.

16h44 :

« Les Etats-Unis sont parmi les principales forces du bien de l’humanité. »

16h42 : Autre phrase importante du discours de Donald Trump : « C’est le peuple qui gouverne. Je donnerai toujours la priorité à l’Amérique ». Voici la séquence :

(ONU / FRANCEINFO)

16h39 : « Le problème au Venezuela, ce n’est pas que le socialisme a été mal mis en œuvre, mais qu’il a été mis en œuvre. « 

16h40 : Donald Trump s’en prend maintenant au régime de Nicolas Maduro au Venezuela, qu’il a qualifié de « dictature socialiste ». « Nous avons, et les autres pays ont, un devoir : aider les Vénézueliens à retrouver leur liberté et à rétablir la démocratie », a-t-il lancé.

16h36 : « Le succès des Nations unies dépend de la force indépendante de chaque membre », a affirmé Donald Trump au début de son discours. Voici la séquence :

(ONU / FRANCEINFO)

16h32 : « Le régime de Bachar Al-Assad est criminel. Il a eu recours à des armes chimiques contre sa population et contre des enfants (…). C’est la raison pour laquelle les États-Unis ont mené une opération militaire contre une base militaire. »

16h32 : « Nous allons mettre un terme à l’islamisme radical. Nous devons empêcher les terroristes d’avoir des sanctuaires et des ressources. Nous devons les chasser de nos pays. Faire en sorte que les pays qui sont des suppôts du terrorisme rendent des comptes. »

16h26 : « L’heure est venue pour le monde entier de faire que le gouvernement iranien cesse de semer la mort et la destruction (…), de faire qu’il cesse de promouvoir le terrorisme. »

16h32 : Donald Trump s’en prend désormais à l’Iran. « L’accord sur l’Iran est une honte, l’un des pires (…) de l’histoire des Etats-Unis », lance-t-il.

16h31 : « Il est temps que toutes les nations du monde travaillent ensemble pour isoler le régime de Kim. »

16h22 : « Si nous sommes forcés de nous défendre, ou de défendre nos alliés, nous n’aurons pas d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. »

16h21 : « Nous devons tenir compte du bien-être de nos populations. Je pense au régime de Corée du Nord qui a affamé son peuple et opprimé de millions de personnes. Nous nous attaquerons toujours aux violations des droits de l’homme. »

16h23 : « Nous devons protéger nos nations, nos intérêts et leurs avenirs. Nous devons rejeter les menaces à nos souverainetés, de l’Ukraine à la mer de Chine. »

16h16 : « Nous sommes pilotés par les résultats et non par les idéologies. Nous avons une politique de réalisme avec des objectifs partagés et des valeurs partagées. »

16h14 : « En tant que président des Etats-Unis, je ferai toujours de mon pays une priorité. Comme vous, dirigeants du monde, vous devriez faire de vos pays une priorité. »

16h15 : « La promesse de notre pays repose en trois mots : ‘Nous le peuple’ (…). J’ai été élu, non pas pour avoir le pouvoir, mais pour le rendre au peuple. »

16h12 : « En Amérique, nous ne voulons pas imposer notre modèle, mais le laisser briller partout dans le monde pour qu’il soit vu comme un exemple. »

16h10 : Les « Etats voyous » sont une menace pour le monde.

16h12 : « Nous allons dépenser 700 milliards de dollars dans notre défense. Nous aurons l’armée la plus puissante que nous ayons jamais eue. »

16h09 :

« Les terroristes, les extrémistes sont plus puissants partout sur la planète. »

16h09 : « C’est un honneur de vous retrouver ici dans ma ville natale ».

16h05 : Donald Trump s’apprête à monter sur la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies. Son discours est à suivre en direct ici.

15h53 : Avant le passage d’Emmanuel Macron à la tribune de l’Assemblée des Nations unies, à 18 heures, le président français s’est réuni en session avec sa délégation. Ils se sont entretenus avec des dirigeants d’ONG. Voici les images :

(FRANCEINFO)

13h57 : Bonjour . Vous pourrez suivre dans notre direct les discours de Donald Trump (à 15h30) et d’Emmanuel Macron (à 18 heures), à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies.

13h55 : Bonjour. Pourra-t-on suivre les discours à l’ONU en direct quelque part?

Les experts de l’ONU tués en RDC ont-ils été victimes d’un guet-apens ?

Les experts de l’ONU tués en RDC ont-ils été victimes d’un guet-apens ?

Par Jeune Afrique avec AFP

Selon un enregistrement obtenu par RFI, les deux experts de l’ONU assassinés il y a six mois en RDC auraient été induits en erreur la veille de leur mort par des agents des services de renseignement congolais. Le gouvernement estime que ces éléments auraient dû être mis à la disposition de la justice.

Assassinés le 12 mars à Bunkonde alors qu’ils enquêtaient sur des fosses communes dans le Kasaï, où des violences opposent depuis septembre 2016 des forces de sécurité aux milices Kamuina Nsapu, la Suédo-Chilienne Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp ont-ils été victimes d’un guet-apens ? C’est en tout cas ce qu’a suggéré RFI, mercredi 13 septembre, en publiant des extraits du script de l’enregistrement d’une conversation des deux experts mandatés par les Nations unies avec un adepte de la milice Kamuina Nsapu s’exprimant en tshiluba, et d’autres personnes faisant office de traducteurs

D’après l’analyse du script de cette conversation, explique la radio internationale, « au moins trois participants induisent volontairement en erreur les deux experts sur leur niveau de sécurité à Bunkonde ». À la 46e minute de cet entretien long de plus d’une heure, l’adepte, François Muamba, déconseille aux deux experts de se rendre dans cette localité. Il s’inquiète notamment d’une possible « embuscade » pouvant les viser. Mais ses propos « ne sont pas traduits », affirme RFI. Au contraire, on leur assure « qu’en ce qui concerne les garanties, à Bunkonde, vous pouvez arriver, il n’y a rien, il n’y a rien ».

Parmi les trois interprètes, on retrouve, toujours selon RFI, un membre de l’Agence nationale des services de renseignement (ANR), ainsi qu’un dénommé Thomas Nkashama. Ce dernier est « aujourd’hui agent de la DGM (Direction générale de migration) » et « proche du nouveau chef Kamuina Nsapu adoubé par les autorités ».

« Une violation très grave de la procédure pénale »

La journaliste Sonia Rolley, qui signe l’enquête, était la correspondante de la radio en RDC jusqu’à ce que Lambert Mende, le ministre congolais de la Communication et des Médias, décide en mai de ne pas donner suite à sa demande de renouvellement d’accréditation. « Si elle a des éléments, elle les met à la disposition de la justice, a-t-il réagi suite à ces révélations. C’est une violation très grave de la procédure pénale. »

Si l’intégration d’experts indépendants à l’intérieur du système congolais n’est pas possible, nous prendrons notre initiative, a déclaré le secrétaire général de l’ONU

« Il y a un procès qui est en cours. Nous nous abstenons de commenter le cours de la justice », a déclaré pour sa part la porte-parole de la Mission des Nations unies (Monusco) lors de son point-presse hebdomadaire. De son côté, le secrétaire général de l’Organisation, Antonio Guterres, a évoqué la possibilité d’une enquête indépendante de l’ONU, une hypothèse qui avait été précédemment écartée.

« Nous sommes en train de faire des consultations (…) pour mettre en place notre dispositif » d’enquête, a-t-il indiqué. « Il y avait différentes possibilités. La plus efficace serait à mon avis l’intégration d’experts indépendants à l’intérieur du système congolais. Je ne sais pas si ce sera possible ou non. (…) Sinon nous prendrons notre initiative », a ajouté Guterres, sans la détailler mais en précisant que des consultations étaient en cours à l’ONU « pour mettre en place le système qui puisse être le plus efficace possible pour que la vérité soit connue ».

Revue de presse nationale et internationale.

%d blogueurs aiment cette page :